fbpx

Infolettre Infolettre > Itinéraires. Blogue. Rabais. Concours. Exclusivités.  M’ABONNER MAINTENANT

Rencontre avec Patrice Rivest, Chroniqueur en sports motorisés et passionné de motos

Rencontre avec Patrice Rivest, Chroniqueur en sports motorisés et passionné de motos

Moto Québec m'a proposé une tribune pour vous partager ma passion, l’univers de la moto. J'ai eu un moment d'angoisse, car il n'est pas habituel pour moi d’écrire sur le sujet. Ma passion, elle ne se décrit pas, elle se vit dans mon quotidien! Cependant, mes nouveaux collègues furent convaincants et j'ai décidé de me soumettre au jeu.

 Tombé dedans… quand j’étais petit!

Comme plusieurs, j’ai fait mes premières armes en hors route dès mon plus jeune âge. D'ailleurs, pour ma part, cette incursion s'est effectuée à l’âge de 14 ans. Dès lors, je suis d’ailleurs resté très impliqué dans le hors route, car j’ai décidé d’orienter ma carrière dans ce merveilleux créneau. Vous avez du coup sûrement visionné une de mes chroniques dans l’émission Zone VL ou sur Zone Tout-Terrain.

En fait, pour être honnête, j’ai une grande reconnaissance envers mes parents qui, dès mon adolescence, m’ont encouragé dans cette passion, j’ai eu grâce à eux accès à des motos, motoneiges, bateaux et VTT. Je vous assure que je n’ai jamais eu des commentaires négatifs de leur part à l’effet que je consommais trop de carburant. Bien au contraire! Une proportion enviable de l’espace cargo du véhicule familial était occupé par les fameux 5 gallons d’essence en route pour le chalet familial. Mon père préparait ce rituel afin que rien ne manque à nos précieux week-ends en famille.

Mes premières armes en moto:

On entend souvent ce dicton : "On ne peut jamais refaire une première impression". Je peux vous certifier que dans mon cas, la première sensation que la moto m’a donnée est impossible à surpasser. Le sentiment que j’ai éprouvé lors de ma première randonnée est fort apparenté au coup de foudre amoureux.

À l'époque, je venais tout juste d'atteindre l'âge de la maturité et naturellement, je portais une attention religieuse à toutes les documentations disponibles pour alimenter mon intérêt pour la moto. Naturellement, mes amis et moi étions fascinés par la performance et les motos sportives entretenaient conséquemment nos conversations quotidiennes. Laquelle offrait le plus de puissance? Quelle était la gagnante au chapitre du design? Bref, tout ce qui concernait la moto dans son ensemble entraînait des débats et des discussions.

Il vint un jour où un ami dans le groupe fut le premier à acheter sa moto. Il n'en fallait qu'un pour ouvrir le bal! D'ailleurs, il n’avait pas fait les choses à moitié en faisant l'acquisition d'une rutilante Kawasaki ZX7R flambant neuve. Audacieux comme premier choix, mais il avait, pour sa part, la maturité et la dextérité pour piloter cet engin. Si mes informations sont exactes, à ma connaissance, il pratique encore le sport à ce jour.

Je dois vous avouer que votre humble serviteur n’avait pas cette même maturité et cette sagesse autrefois. J’ai par conséquent entamé une série de négociations avec mon paternel, qui était également mon employeur à l’époque, pour acquérir le même type d’engin. Sa réponse était catégorique : NON!

Mon père était un grand sage... En fait pas vraiment. Il était lui-même un fervent d’adrénaline. Il avait commis ses erreurs par le passé et il voulait me préserver. Étant donné qu'il connaissait mon tempérament et qu'il savait éperdument que je ne lâcherais pas prise, il m’a fait une proposition très intelligente. Ce compromis allait d’ailleurs grandement influencer mon comportement d’achat au fil du temps: "Pat, si tu acceptes de commencer avec une moto moins puissante, je l’achète avec toi et je paie 50%. J’ai d’ailleurs envie d’en refaire un peu et moi, les sportives, ça ne m’intéresse pas!"

Le jeune étudiant en moi a définitivement accepté l’offre et en toute confession, je n’avais pas les moyens de refuser. Mon paternel, étant rusé comme un renard, comme en fait foi la suite des évènements, n’a utilisé la moto que quelques fois. Sa stratégie était plutôt tournée vers un souci de sécurité pour son fils en utilisant ce stratagème.  

Il m’a orienté vers une Honda V45 Sabre 1983. Cette bécane n’était vraiment pas une tortue, mais elle a pardonné plusieurs de mes erreurs à titre de conducteur novice. D’ailleurs, cette moto fut une compagne parfaite pour se familiariser à la négociation des virages, car l’entraînement de celle-ci n’était pas à chaîne, mais plutôt un arbre moteur. Il fallait donc doser l’accélérateur afin d’éviter de perdre le contrôle en sortie de courbe.

Un mode de vie!

Ma moto est rapidement passée de passe-temps à un mode de transport au quotidien. Au CÉGEP, le stationnement des motos était à côté de la porte d’entrée, je voyageais donc à chaque occasion qui se présentait de cette façon par souci d’économie de temps.

J’ai découvert la liberté de partir en longues randonnées et je possède plusieurs voyages à mon actif à bord de mon premier engin. Cependant, le jour arriva où j’ai dû un jour défier mon paternel et j’ai procédé à mon premier achat d'une moto sportive. Ce fut une belle rutilante Honda CBR 600F3. Pourquoi est-ce que je le mentionne? Ma moto de prédilection aurait été une 900cc, mais, comme mentionnée précédemment, les conseils de mon père ont récolté ses fruits et j’ai choisi une plus petite cylindrée pour me familiariser avec les sportives.

Il n’aurait probablement jamais été prêt à supporter une telle décision et c’est fort compréhensible, mais bizarrement, celle-là, il l’a utilisée plus souvent qu'à son tour. C'est la preuve qu’il n’y a pas d’âge pour s’amuser.

Au cours des années, j’ai depuis expérimenté à peu près tous les styles de motos. La venue de mes enfants m’a fait ralentir un peu, mais mon épouse partageant la même passion, nous trouvions du temps pour partir ensemble lorsque les rares occasions se présentaient.

C’est d’ailleurs dans ce ralentissement que j’ai rencontré un ami qui m’a grandement influencé à prendre un virage. Pour sa part, passionné de motos custom, il m’a fait découvrir cet univers et la passion est revenue plus forte que jamais. J’ai par conséquent rencontré des gens fantastiques, changé ma vision d’une randonnée et surtout, appris à rouler en groupe de façon ultra sécuritaire. Chaque personne ayant son rôle et sa place.

Si je totalise les odomètres de mes montures, je peux répertorier près de 400 000 km parcourus à moto. Ce merveilleux sport m’a permis de m’évader, de vivre d’innombrables expériences complètement folles et de rencontrer des gens exceptionnels, passionnés et engagés. La moto me permet aussi de venir à votre rencontre chers lecteurs, et j’espère que mon partage avec vous, vous inspirera à continuer la pratique de ce merveilleux sport.

Peu importe l'endroit où vous allez me rencontrer en moto, n'hésitez pas à venir me saluer. Derrière ma stature qui peut sembler imposante se cache un p'tit gars qui "trippe" à brûler du gaz!

 

285809633 576231180751012 5999924349960148048 n

Crédit : Moto Québec

 

Au plaisir de vous croiser,

 

Pat

 

Partager cet article

Max Sheehy sur les ondes du 96.9 CKOI!
Essai de la nouvelle moto CL-X 700 Sport 2022 de C...
 

Commentaires

En tant qu'utilisateur public vous n'avez pas acces aux commentaires. Merci de vous connecter ou vous inscrire pour visualiser / ajouter de nouveaux commentaires.

Infolettre

Des offres et des concours exclusifs, des conseils de pros, les dernières nouvelles du monde de la moto… Une infolettre pour des passionnés par des passionnés.
Simplement inscrire votre adresse courriel et appuyer sur le bouton « Je m’inscris »

Please wait